mardi 24 septembre 2013

La Cour d'appel rejette l'application de la théorie de la répudiation du contrat d'emploi en droit québécois

par Karim Renno
Irving Mitchell Kalichman s.e.n.c.r.l.

La théorie de la répudiation du contrat d'emploi de la common law reconnaît que le comportement d'un employé peut être tel que l'on soit forcé de conclure qu'il a mis fin à son contrat d'emploi. C'est le cas par exemple lorsqu'un employé fait tout en son pouvoir pour se faire congédier (afin de pouvoir accepter un autre emploi tout en obtenant une indemnité de fin d'emploi). Or, dans Pattison Sign Group c. Pilgrim (2013 QCCA 1610), la Cour d'appel vient d'exclure l'application de cette théorie en droit québécois parce qu'incompatible avec celui-ci.
 


Dans cette affaire, la Cour est saisie de l'appel d'une décision de la Cour supérieure qui a accueillie une demande de révision judiciaire d'une décision de la CRT au motif que celle-ci était déraisonnable.
 
Saisie d'une plainte pour congédiement injustifié en vertu de l'article 124 de la Loi sur les normes du travail, la CRT avait rejetée celle-ci au motif que le comportement de l'employé était tel que l'on devait conclure à la répudiation par lui de son contrat d'emploi.
 
Dans un jugement unanime rendu sous la plume de l'Honorable juge Julie Dutil, la Cour d'appel a confirmé le bien-fondé du jugement de la Cour supérieure qui a mis de côté la décision de la CRT. La juge Dutil souligne, entre autres choses, que la théorie de la répudiation du contrat d'emploi est incompatible avec l'article 2094 C.c.Q. qui impose à l'employeur le fardeau de démontrer qu'il a congédié un employé pour cause:
[11]        La théorie de la répudiation du contrat de travail ne peut être acceptée, car elle ferait en sorte que la fin de l’emploi reposerait sur la volonté tacite de Pilgrim, laquelle se serait exprimée par son comportement. L’employé aurait donc le fardeau de démontrer qu’il n’a pas répudié son contrat de travail ce qui est, comme le soulignent les auteurs, « contraire à l’économie de tous les moyens de contrôle judiciaire mis en place depuis un demi-siècle et même, de l’entendement du législateur ». 
[12]         J'ajoute que cette théorie est en outre inutile puisque la CRT peut constater la démission du salarié, le cas échéant, ou maintenir le congédiement s'il est établi que l'employeur possédait une cause juste et suffisante de congédier le salarié en raison de son comportement.  
[13]        Par ailleurs, le juge de la Cour supérieure n’a pas commis d’erreur en déterminant que la CRT n’avait pas examiné « la conduite de [Pilgrim], ses comportements et ses attitudes en eux-mêmes comme motifs justifiant le congédiement ou comme cause juste et suffisante du congédiement ». En conclusion, la CRT n'a pas analysé le bien-fondé de la décision de Pattison, ne s'étant pas demandé si le comportement que celle-ci reproche à Pilgrim dans la lettre de congédiement du 9 juin 2009 constitue une cause juste et suffisante au sens de l'article 124 lnt.
Le texte intégral du jugement est disponible ici: http://bit.ly/18nEGXK

Référence neutre: [2013] ABD 381
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Notre équipe vous encourage fortement à partager avec nous et nos lecteurs vos commentaires et impressions afin d'alimenter les discussions à propos de nos billets. Cependant, afin d'éviter les abus et les dérapages, veuillez noter que tout commentaire devra être approuvé par un modérateur avant d'être publié et que nous conservons l'entière discrétion de ne pas publier tout commentaire jugé inapproprié.